Ce blog rassemble des informations et des réflexions sur l'avenir qui nous attend.

This blog presents informations and views about the future.

vendredi 8 décembre 2017

Objets intelligents et connectés / Connected Smart Objects


Many objects of everyday life are now equipped with microprocessors. This trend is expected to strengthen in the coming years. Objects become "intelligent", that is, able to react appropriately to different situations, adapting to their environment. Various regulation functions are already common in homes. The home automation sector is growing rapidly. The operation of heating, lighting or appliances is automatically managed by getting signals from different sensors and can be remotely controlled by means of a mobile phone, for example, to minimize energy consumption. All kinds of objects and equipment are becoming "smart" on a wide range of scales: cities, electric grids, cars, clothes, etc. A simple pot of flowers equipped with sensors and a microprocessor becomes able to control all the parameters on which depends the good health of the plant and to manage optimally its watering as well as its nourishment in nutriments. Smart objects can also provide information of all kinds, in the form of augmented reality, to inform a visitor, recreate a site as it existed in the past or organize a virtual trip. Smart objects are part of a vast, interconnected system connected by an Internet of Things. Their synergy contributes to the development of a global artificial intelligence, through a cloud of interconnected servers. The behavior of intelligent objects is gradually approaching that of living beings. There are already many robots capable of mimicking insects, birds, fish or humans. One can imagine eventually objects capable of repairing themselves and reproducing themselves. The threat associated with nano-components capable of self-replication, had been evoked in 1986 by K. Eric Drexler. Even if it is still science fiction, the fact remains that the increasing autonomy of connected objects carries the risk of a loss of control. Tomorrow, cars will become autonomous, that is to say able to go from one point to another without the intervention of a driver. It will be, therefore, much easier to share a vehicle, which will be able to present and leave after use, without the intervention of a human operator. The relation to objects is radically transformed. Objects are better used, but the user gradually loses all initiative. This evolution is supposed to liberate human beings but actually increases their dependence on all the machines they are using. Objects (watches, smartphones, computers) already exert strong constraints on human life. While opening up new opportunities, smart objects, networked and geolocated, will exert a firm grip on society, imposing their pace and their choices. Because of the complexity of this interconnected world, its control could gradually escape not only the ordinary citizen, but even the most advanced experts, artificial intelligence becoming the only available tool to ensure it. Human destiny will then be delivered to robots, exercising a dictatorship all the more dangerous as it is devoid of any feeling.

De nombreux objets de la vie quotidienne sont, dès à présent, équipés de microprocesseurs. Cette tendance devrait se renforcer dans les années à venir. Les objets deviennent ainsi « intelligents », c’est-à-dire capables de réagir de façon appropriée à différentes situations, en s’adaptant à leur environnement. Des fonctions diverses de régulation équipent déjà couramment les habitations. Le secteur de la domotique se développe rapidement. Le fonctionnement du chauffage, de l’éclairage ou des équipements électroménagers est géré automatiquement à partir des signaux provenant de différents capteurs. De tels systèmes, commandés à distance au moyen d’un téléphone portable, sont aussi capables d’anticiper un changement et d’optimiser une fonction, de façon, par exemple, à minimiser une consommation d’énergie. Toutes sortes d’objets et d’équipements deviennent « intelligents » (smart), à des échelles très diverses : villes (smart cities), réseaux électriques (smart grids), voitures (smart cars), vêtements (smart clothes), etc. Un simple pot de fleurs équipé de capteurs et d’un microprocesseur devient capable de contrôler l’ensemble des paramètres dont dépend la bonne santé de la plante et de gérer de façon optimale son arrosage ainsi que son alimentation en nutriments. Les objets intelligents peuvent également fournir des informations de toutes sortes, sous la forme d’une réalité augmentée, en vue de renseigner un visiteur, recréer un site tel qu’il existait dans le passé ou organiser un voyage virtuel.

lundi 27 novembre 2017

De l'Univers au Multivers / From Universe to Multiverse


Whereas for the ancients the stars were immutable, science has now shown that they are born, live and die. Large telescopes have revealed the immensity of the universe and the vertiginous number of stars it contains. The Milky Way, the galaxy to which our Sun belongs, has about one hundred billion stars. The observable universe comprises a hundred billion galaxies organized into clusters. Stars form from gaseous clouds of hydrogen and helium. Gravity tends to compress these clouds whose density increases, to the point of causing nuclear fusion reactions, successively producing the various known elements. Increasingly heavy elements, going as far as iron, are generated in successive stages. Fusion of iron nuclei does not occur spontaneously, reactions stop. The star collapses and dies. According to their initial mass, the stars know different destinies. Some die slowly, turning into a "white dwarf" or "black dwarf", a star that becomes invisible. The most massive stars turn into neutron stars and eventually explode suddenly forming a supernova. The enormous power reached during the explosion of a supernova leads to the fusion of elements heavier than iron. Supernova observations are relatively rare. In a galaxy, they occur approximately once a century. It was therefore these exceptional events that made possible the presence on Earth of all the elements without which life could not have appeared.The world can no longer be conceived as a gigantic clock reproducing indefinitely the same movements, immutably. The American astronomer Erwin Hubble having observed that the galaxies move away from each other at a speed proportional to their distance, he deduced that the Universe is expanding from an initial "Big Bang". It was preceded in this conclusion by the Belgian canon George Lemaître, who published in 1927 the mathematical model of an expanding universe, from a very dense state which he called the "primitive atom". The Big Bang theory established a link between the infinitely large and the infinitely small, because to understand the behavior of the Universe in its initial condensed state, it became necessary to apply quantum theory. In addition, the enormous energy densities reached by the Universe as we approached the initial moment of appearance of the Big Bang led to a progressive unification of all the known particles. Thus, paradoxically, cosmology offers the best field of application to the most advanced theories of quantum mechanics. In 1981, the American physicist Alan Guth realized, by applying quantum mechanics methods to an extremely condensed universe, that the fluctuations that occurred during the first moments of cooling after the Big Bang had caused an extremely rapid expansion of the Universe, followed by deceleration. During the initial "inflation" phase, the space expanded at speeds that greatly exceeded the speed of light (the relativity theory limits the speed within the space, but not the expansion velocity of space itself). The first moments of the expansion of the universe are beginning to be better and better known. In particular, it was possible using a microwave radio telescope on the COBE (Cosmic Background Explorer) satellite to record the energy distribution of a cosmic microwave background transmitted by a radiation emitted shortly afterwards. the Big Bang. The study of the cosmic microwave background makes it possible to test and validate inflation models. Following the early work of Alan Guth, more elaborate inflation models were developed, notably by physicists Alexandre Vilenkin and Andreï Linde, who described a phenomenon of expansion accompanied by multiple inflations, generating "bubble-universes" , which multiply indefinitely, each bubble being able to give birth to others. Since the speed of expansion of the Universe has been much greater than the speed of light during the first period of inflation (the theory of relativity limits only the speed within the space), the size of the universe is gigantic and we are able to observe only a small part of it. "The cosmic horizon", which corresponds to the distance traveled by the light since the Big Bang, is 41 billion light-years away. All that lies beyond is inaccessible for us. In particular, the bubble worlds of Vilenkin and Linde's model are totally out of our reach. The physicist Hugh Everett has further assumed that all superimposed quantum states occur in different "parallel worlds", only one of which can be observed by an experimenter living in our macroscopic world. According to this interpretation, performing a measurement on one of the particles belonging to a couple of entangled particles would involve the selection of one of the possible worlds in which they are located. Everett's theory, which had met with little success at the beginning, now seems to appeal to a growing number of physicists. The parallel universes of inflation and Everett's parallel universes are not the only ones. String theory represents elementary particles as tiny, vibrating strings. In addition to the one-dimensional strings, there would also be surfaces or "branes" with a multiple number of dimensions. Our four dimensional universe (three dimensional space and one time dimension) would be contained in a brane and could thus coexist with other universes located on different branes, unfolding in a space provided with an additional number of dimensions. All these parallel universes whose existence is predicted by mathematical models, remain impossible to observe directly. A single Universe replaces a Multiverse with a multiplicity of parallel universes. The hypothesis that "other worlds" exist, to which we do not have access, thus becomes quite plausible. Not only is it no longer scary to most scientists, but it is even considered by a number of them as the one that best captures reality.The physicist Max Tegmark goes even further, admitting that the multiple universes provided by mathematical models are real. A mechanistic and deterministic Universe is thus replaced by a Multiverse, whose multiple horizons remain hidden, perhaps forever. The result is a deeply renewed vision of the Cosmos, all of whose consequences have probably not yet been drawn.

Alors que pour les Anciens les étoiles étaient immuables, la science a montré à présent qu’elles naissent, vivent et meurent. Les grands télescopes ont révélé l’immensité de l’univers et le nombre vertigineux d’étoiles qu’il comporte. La Voie lactée, la galaxie à laquelle appartient notre Soleil, compte environ cent milliards d’étoiles. L’Univers observable comporte une centaine de milliards de galaxies organisées en amas.  Les étoiles se forment à partir de nuages gazeux d’hydrogène et d’hélium. La gravité tend à comprimer ces nuages dont la densité augmente, au point d’entraîner des réactions de fusion nucléaire, produisant successivement les différents éléments connus. Des éléments de plus en plus lourds, allant jusqu’au fer, sont générés par étapes successives. La fusion des noyaux de fer ne se produisant pas spontanément, les réactions s’arrêtent. L’étoile s’effondre et meurt. Suivant leur masse initiale, les étoiles connaissent des destins différents. Certaines meurent lentement, se transformant en « naine blanche » ou « naine noire », étoile qui devient invisible. Les étoiles les plus massives se transforment en étoiles à neutrons et finissent par exploser brutalement en formant une supernova. L’énorme puissance atteinte au cours de l’explosion d’une supernova conduit à la fusion des éléments plus lourds que le fer. Les observations de supernovae sont relativement rares. Dans une galaxie, elles interviennent environ une fois par siècle. Ce sont donc ces événements exceptionnels qui ont rendu possible la présence sur Terre de l’ensemble des éléments sans lesquels la vie n’aurait pas pu apparaîtreLe monde ne peut plus être conçu comme une gigantesque horloge reproduisant indéfiniment les mêmes mouvements, de façon immuable. L’astronome américain Erwin Hubble ayant observé que les galaxies s’éloignent les unes des autres à une vitesse proportionnelle à leur distance, il en déduisit que l’Univers est en expansion à partir d’un « Big Bang » initial. Il avait été précédé dans cette conclusion par le chanoine belge George Lemaître, qui avait publié en 1927 le modèle mathématique d’un univers en expansion, à partir d’un état très dense qu’il appela l’ « atome primitif ».
   La théorie du Big Bang établissait un lien entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, car, pour comprendre le comportement de l’Univers dans son état condensé initial, il devenait nécessaire d’appliquer la théorie quantique. En outre, les énormes densités d’énergie atteintes par l’Univers lorsque l’on se rapprochait de l’instant initial d’apparition du Big Bang conduisaient à une unification progressive de toutes les particules connues. Ainsi, de manière paradoxale, la cosmologie offrait le meilleur champ d’application aux théories les plus avancées de la mécanique quantique. En 1981, le physicien américain Alan Guth se rendit compte, en appliquant les méthodes de la mécanique quantique à un univers extrêmement condensé, que les fluctuations intervenues au cours des premiers instants de refroidissement après le Big bang avaient dû provoquer une expansion extrêmement rapide de l’Univers, suivie d’une décélération. Au cours de la phase d’ « inflation » initiale, l’espace s’est dilaté à des vitesses qui ont largement dépassé la vitesse de la lumière, ce qui ne contredit pas la théorie de la relativité qui limite la vitesse dans l'espace. Les premiers moments de l’expansion de l’univers commencent à être de mieux en mieux connus. En particulier, il a été possible à l’aide d’un radiotélescope à micro-ondes embarqué sur le satellite COBE (Cosmic Background Explorer) de relever la répartition en énergie d’un fond diffus cosmologique transmis par un rayonnement émis peu de temps après le Big Bang. L’étude du fond diffus cosmologique permet ainsi de tester et de valider les modèles d’inflation. Suite aux premiers travaux d’Alan Guth, des modèles d’inflation plus élaborés ont été développés, notamment par les physiciens Alexandre Vilenkin et Andreï Linde, qui ont décrit un phénomène d’expansion accompagné de multiples inflations, générant des « bulles-univers », qui se multiplient indéfiniment, chaque bulle pouvant donner naissance à d’autres. Du fait que la vitesse d’expansion de l’Univers a été très supérieure à la vitesse de la lumière au cours de la première période de l’inflation , la taille de l’univers est gigantesque et nous ne pouvons en observer qu’une faible partie. « L’horizon cosmique », qui correspond à la distance parcourue par la lumière depuis le Big bang, se situe à 41 milliards d’années-lumière de distance. Tout ce qui se situe au-delà nous est inaccessible. En particulier, les univers-bulles du modèle de Vilenkin et Linde sont totalement hors de notre portée.

dimanche 19 novembre 2017

La difficile transition électrique/ The difficult electricity power transition



In a recent book, prefaced by Gérard Mestrallet, Chairman of the Board of Directors of Engie, Jean-Pierre Hansen, former head of Suez and president of Electrabel and Jacques Percebois, professor of energy economics, analyze the difficult conditions in which the electrical transition takes place in Europe. This transition aims, in principle, to create a safer, more economical and more environmentally friendly electricity system. The will to act against global warming leads to favor renewable energies, mainly, wind and solar. The difficulties encountered stem partly from the difficulty of setting up a common policy between countries that do not all share the same interests. It is also due to the fact that the transition was initiated on the basis of rigid principles, which upset the European energy landscape in two successive waves.The first of these waves, which came in the mid-1980s, led to a so-called "deregulation" based on the almost exclusive power of the market. These transformations introduced the principle of a systematic competition of service providers, the dismantling of national companies, the abandonment of long-term contracts and the fixing of prices by the  market. The second wave, which happened in the 1990s, consisted of introducing wind and solar as a priority. Therefore, the generation of energy from renewable energy sources had priority access to the grid at a rate set at a sufficiently high level to make these sources of energy competitive. Such conditions were creating a windfall effect for the industrialists concerned.These two modes of operation (market and priority access to a tariff imposed for renewable energies) were contradictory and led to a series of malfunctions: negative electricity prices at times, higher prices for the end consumer, power plant shutdowns. in favor of coal plants much more polluting, weakening of the actors, most European electricians being in much worse posture than before, like EdF in France. In total, despite the efforts made, there is no strong trend towards reducing CO2 emissions, apart from that caused by the slowdown in economic activities following the 2008 crisis. due to the very important role that continues to play coal, which is by far the most polluting fuel, at the expense of natural gas, which can significantly reduce CO2 emissions. Of course, measures are envisaged to combat these effects, but they should not be inappropriate or arrive too late.The authors of the book advocate public choices, clear, debated and assumed. In a sector like electricity, they doubt that a "mix of competitive principles and regal pushes" can lead to a satisfactory situation. Electricity has become a sector too strategic to be entrusted to the invisible hand of the market.

Dans un livre récent, préfacé par Gérard Mestrallet, président du Conseil d'administration d'Engie, Jean-Pierre Hansen, ancien dirigeant de Suez et président d'Electrabel  et  Jacques Percebois, professeur d'économie de l'énergie analysent les conditions difficiles dans lesquelles s'effectue la transition électrique en Europe. Cette transition vise, dans son principe, à instaurer un système électrique plus sûr, plus économique et plus respectueux de l'environnement. La volonté d'agir contre le réchauffement climatique conduit à privilégier les énergies renouvelables, principalement, l'éolien et le solaire. Les difficultés rencontrées tiennent pour une part à la difficulté de mettre en place une politique commune entre des pays qui ne partagent pas tous les mêmes intérêts. Elle tient aussi au fait que la transition a été engagée sur des la base de principes rigides, qui ont bouleversé le paysage énergétique européen en deux vagues successives.
La première de ces vagues qui est arrivée vers le milieu des années 1980  a entraîné une vague de "dérégulation" fondée sur la puissance quasi exclusive du marché. Ces transformations introduisaient le principe d'une mise en concurrence systématique des prestataires, un démantèlement des compagnies nationales, l'abandon des contrats à long terme et la fixation des prix par le marché.
La deuxième vague, qui est arrivée au cours des années 90, consistait à introduire de façon prioritaire l'éolien et le solaire. Dès lors la génération d'énergie à partir des sources d'énergie renouvelable bénéficiait d'un accès prioritaire sur le réseau à un tarif fixé à un niveau suffisamment élevé pour rendre ces sources d'énergie compétitives. De telles conditions ne pouvaient que susciter un effet d'aubaine pour les industriels concernés.
Ces deux modes de fonctionnement (marché et accès prioritaire à un tarif imposé pour les énergies renouvelables) étaient contradictoires et ont entraîné une série de dysfonctionnements: prix négatifs de l'électricité à certains moments, hausse des prix pour le consommateur final, arrêt de centrales au gaz au profit de centrales au charbon beaucoup plus polluantes, affaiblissement des acteurs, la plupart des électriciens européens se trouvant en bien plus mauvaise posture qu'auparavant, à l'image d'EdF en France. Au total, en dépit des efforts engagés on n'observe pas de forte tendance à une réduction des émissions de CO2, en dehors de celle qui a été causée par le ralentissement des activités économiques à la suite de la crise de 2008. Cette situation est due au rôle très important que continue à jouer le charbon, qui est de loin le combustible le plus polluant, aux dépens du gaz naturel, qui permet de réduire très sensiblement les émissions de CO2.
Bien entendu, des mesures sont envisagées pour combattre ces effets, mais il ne faudrait pas qu'elles soient inadaptées ou arrivent trop tard . 
Les auteurs de l'ouvrage préconisent donc des choix publics, clairs, débattus et assumés. Dans un secteur comme celui de l'électricité, ils doutent qu'un "panaché de principes concurrentiels et de coups de pouce régaliens" puisse aboutir à une situation satisfaisante. L'électricité est devenue un secteur trop stratégique pour être confié à la main invisible du marché.

vendredi 10 novembre 2017

Le dernier iceberg / The last iceberg

COP 23 has just opened in Bonn. Every year, climate change negotiators come together to discuss what to do for limiting the climate change. That means that these negotiations have been going on for 23 years. Climate negotiator is a real job in short, who can occupy an entire career. Every year, friendly and competent colleagues meet together in a pleasant environment, each year in a different country. For which results? Alas, the results so far are slim. Throughout all the years in which negotiations have continued, the rate of increase in emissions has increased more rapidly than in previous years (+ 2,2% per year from 2000 to 2010, instead of +1,3% for the whole period 1970-2000). But tomorrow, in 2020, in 2030 or in 2050, of course, we are told that it will be far better. GHG emissions will decrease drastically. Meanwhile the water level rises slowly, but steadily, with the water thermal dilatation, the melting of glaciers and ice caps, at a rate of 2.2 mm per year (1993), then 3.3 mm (2014) and tomorrow, perhaps much more, as the rate seems to increase rapidly.. If this process carries on, we can expect to see coastal areas and river valleys in great numbers, fully submerged under the waves. The future of more than five hundred million people is already under threat in the Mekong, Nile, Ganges and Louisiana deltas. For an increase of 1 m of the sea level, megacities like Lagos, Shanghai or Bombay might be entirely flooded. François CHERY, an engineer, but also a photographer and an artist has illustrated this situation in a striking way by imagining that "at the beginning of the year 2039, the Seine Valley is completely flooded, and the rising water reaches the terrace of the VUITTON Foundation in Paris. The ICEBERG placed there by the visionary architect Frank GEHRY for supporting the glass dome, will be soon carried away by the waves under the eyes of visitors most eager for images to share. Absorbed by the manipulation of their smartphones, the visitors do not see the ultimate wave that is sweeping the whole building.

La COP 23 vient de s'ouvrir à Bonn. Chaque année, les négociateurs du réchauffement se retrouvent ainsi pour discuter des mesures à prendre. Cela veut donc dire que ces négociations durent depuis 23 ans. Négociateur du climat est un vrai métier en somme, qui peut occuper une carrière entière. Chaque années, on se retrouve entre collègues sympathiques et compétents dans un cadre agréable, en voyageant dans différents pays du monde. Pour quels résultats? Hélas, les résultats jusqu'à présent sont minces. Pendant la vingtaine d'années au cours desquelles les négociations se sont poursuivies, le rythme d'accroissement des émissions a augmenté plus rapidement qu'au cours des années qui ont précédé (+ 2,2% par an de 2000 à 2010, au lieu de +1,3% sur toute la période 1970-2000). Mais, demain, en 2020, en 2030 ou en 2050, bien sûr, cela ira mieux. On parviendra à faire décroître ces émissions et même à les annuler, c'est promis. 
Pendant ce temps le niveau des eaux monte lentement mais surement, avec la dilatation thermique des eaux; la fonte des glaciers et des calottes glacières, au rythme de 1,7 mm au début du 20e siècle, 2,2 mm en 1993 et demain, peut-être beaucoup plus. On peut s'attendre à voir zones côtières et vallées fluviales en grand nombre, entièrement submergées sous les flots. L'avenir de plus de cinq cent millions de personnes est déjà menacé dans les deltas du Mékong, du Nil, du Gange ainsi qu'en Louisiane. Pour une montée des eaux de 1 m, des mégapoles comme Lagos, Shanghai ou Bombay seraient sous l'eau.  
François Chéry, ingénieur, mais aussi photographe et artiste a illustré cette situation de manière frappante en imaginant "qu'en ce début d'année 2039, la vallée de la Seine est entièrement inondée. La montée des eaux atteint alors la terrasse de la Fondation Vuitton. L'ICEBERG placé là par l'architecte visionnaire Frank GEHRY est emporté par les flots sous les yeux de visiteurs avides d'images à partager.". Absorbés par la manipulation de leurs smartphones, les visiteurs  ne voient pas arriver la vague ultime qui va les emporter en même temps que  le "dernier iceberg".

samedi 4 novembre 2017

La tragédie des biens communs / The tragedy of common goods


The tragedy of the commons is often evoked to highlight the difficulties encountered when it comes to preserving an environment that is useful to everyone but does not belong to anyone. A common good, with free and open access, risks being overexploited. Thus, overexploitation of the oceans due to industrial fishing, has led to the virtual disappearance of whole species of once abundant fish such as, for example, cod. The example of the "tragedy of the commons", these pastures, which would have been overexploited in the Middle Ages because they belonged to a whole village, is often cited, perhaps wrongly, because, it seems established, now that collective operating rules, functioning satisfactorily, existed at that time. The notion of common was manifested as a reaction to the "enclosure of the commons" policy, which had led to the privatization and closure of spaces previously open to the community. When it was practiced in England in the eighteenth century, the movement of enclosure provoked violent movements of revolt. The privatization of the commons was again practiced on a large scale during the 1990s. For the movements that contest the appropriation of natural resources by a minority, the defense of the "common" finds a central place in the definition of an alternative policy. The main justification for private property is that everyone is careful not to damage what belongs to them, and private property is better preserved and maintained than those belonging to a community or the state. The experience of the communist regimes has indeed shown that collective property frequently leads to failure. The functioning of collective farms, sovkhozes or large state enterprises has proved to be inefficient. Central planning, leaving little room for individual initiatives, has not been able to adapt the economy to needs. The economic system has also been unable to adequately reward the efforts of the most dynamic actors. Proponents of the neoliberal policy introduced in the 1990s used this argument to advocate the privatization of almost all economic and administrative activities, including public services, such as police or justice. This policy is obviously very dangerous for the commons, which are perceived in this context as a mere source of profit. The environment is the first of the commons. Without the preservation of natural environments, ecosystems, water and air, all life is impossible and even inconceivable. Nature provides resources, but it also forms a living environment, where the human being feels solidarity. A living culture is also part of the commons belonging to the World Heritage of Humanity. Regional or even national cultures are threatened by globalization and the standardization it entails. The populations who hold them tend to abandon them, under the effect of the conditioning they undergo, hoping to better benefit, thus, from the progress of modernity. As in the case of a loss of biodiversity , such depletion is generally irreversible, as it interrupts the intergenerational transmission process. To be preserved, cultural heritage requires ongoing efforts from the entire community. Otherwise, it may disappear forever. Community-based services of general interest such as schools, hospitals and public administration are another category of commons. Their good functioning conditions the quality of life and the future of society. Among these services, the internet is particularly important to protect, so as to preserve its independence and maintain free access to informationThe challenge to be met in order to preserve the commons is to avoid excessive use of privatization and state control, which is often misguided. According to economist Elinor Ostrom, who shared with Oliver E. Williamson in 2009 the "Nobel Prize" in Economics, local user associations are better able to manage common goods than public authorities or private companies. Good management of common goods at the local level requires, however, to specify at the outset the rules to follow as well as the deliberative procedures applicable to collective decision-making. The commons are particularly difficult to protect when they call for the concerted action of all nations, whose interests are often divergent. The prevention of global warming is a good illustration.

La tragédie des biens communs est souvent évoquée pour faire état des difficultés rencontrées, lorsqu’il s’agit de préserver un environnement, utile à tous mais n’appartenant à personne. Un bien commun, en accès libre et gratuit, risque d’être surexploité. Ainsi, la surexploitation des océans due à la pêche industrielle, a conduit à la quasi-disparition d’espèces entières de poissons jadis abondantes comme, par exemple, la morue. L’exemple de la « tragédie des communs », ces pâturages, qui auraient été surexploités au Moyen Âge parce qu’ils appartenaient à tout un village, est souvent cité, peut-être à tort, car, il semble établi, à présent, que des règles d’exploitation collective, fonctionnant de manière satisfaisante, existaient à cette époque. La notion de commun s’est manifestée sous la forme d’une réaction à la politique « d’enclosure des communs », qui avait conduit à privatiser et à clôturer des espaces auparavant ouverts à la collectivité. Lorsqu’il s’est exercé en Angleterre au xviiie siècle, le mouvement d’enclosure a suscité de violents mouvements de révolte. La privatisation des communs a été à nouveau pratiquée à grande échelle au cours des années 1990. Pour les mouvements qui contestent l’appropriation des ressources naturelles par une minorité, la défense du « commun » retrouve une place centrale dans la définition d’une alternative politiqueLa principale justification de la propriété privée repose sur l’idée que chacun étant soucieux de ne pas détériorer ce qui lui appartient, les biens privés sont mieux préservés et entretenus que ceux qui appartiennent à une collectivité ou à l’État. L’expérience des régimes communistes a effectivement montré que la propriété collective conduit fréquemment à un échec. Le fonctionnement des kolkhozes, sovkhozes ou des grandes entreprises étatiques s’est avéré peu efficace. La planification centralisée, en ne laissant que peu de place aux initiatives individuelles, n’a pas été en mesure d’adapter l’économie aux besoins. Le système économique s’est montré, en outre, incapable de rétribuer correctement les efforts engagés par les acteurs les plus dynamiques. Les partisans de la politique néolibérale instaurée dans les années 1990 se sont servis de cet argument pour préconiser la privatisation de la quasi-totalité des activités économiques et administratives, y compris de celles qui relèvent d’un service public, comme l’enseignement, la police ou la justice. Cette politique est évidemment très dangereuse pour les biens communs, qui sont perçus dans ce cadre comme une simple source de profit.
L’environnement constitue le premier des biens communs. Sans la préservation des milieux naturels, des écosystèmes, de l’eau et de l’air, toute vie est impossible et même inconcevable. La nature fournit des ressources, mais elle forme aussi un milieu vivant, dont l’être humain se sent solidaire. Une culture vivante fait également partie des biens communs appartenant au patrimoine mondial de l’humanité. Les cultures régionales ou même nationales sont menacées par la globalisation et l’uniformisation qu’elle entraîne. Les populations qui les détiennent tendent à les abandonner, sous l’effet du conditionnement qu’elles subissent, en espérant mieux bénéficier, ainsi, des progrès de la modernité. Comme dans le cas de la perte de biodiversité, un tel appauvrissement est en général irréversible, car il entraîne une interruption du processus de transmission entre générations. Pour être préservé, l’héritage culturel nécessite des efforts continus de toute la communauté concernée. Sinon, il risque de disparaître à jamais. Les services d’intérêt général assurés par la collectivité, tels qu’écoles, hôpitaux et administrations publiques forment une autre catégorie de biens communs. Leur bon fonctionnement conditionne la qualité de vie et l’avenir de la société. Parmi ces services, l’internet est particulièrement important à protéger, de façon à préserver son indépendance et maintenir un libre accès à l’information.
Le défi à relever, pour préserver les biens communs, consiste à éviter tout à la fois un recours excessif à la privatisation et un dirigisme étatique souvent mal inspiré. Selon l’économiste Elinor Ostrom, qui a partagé avec Oliver E. Williamson en 2009 le "prix Nobel" d'économie, des associations locales d’usagers sont mieux à même de gérer des biens communs que les pouvoirs publics ou les compagnies privéesUne bonne gestion des biens communs au niveau local nécessite, toutefois, de préciser dès le départ les règles à suivre ainsi que les procédures de délibération applicables aux prises de décisions collectives. Les biens communs sont particulièrement difficiles à protéger lorsqu’ils réclament l’action concertée de l’ensemble des nations, aux intérêts souvent divergents. La prévention du réchauffement climatique en est une bonne illustration.

samedi 21 octobre 2017

Comment être un progressiste aujourdhui? / How to be a progressist nowadays?


Technical progress and the evolution of societies towards more democracy and the recognition of human rights have led to the belief that there is a sense of history. For a long time it was thought that the progress of civilization went hand in hand with moral progress. Whereas the oldest civilizations conceived the course of time in a cyclical form, the arrow of time appears in the monotheistic religions which locate the day of the completion of salvation. At the time of the Renaissance appeared the hope of being able to transform the world by the use of reason. For the philosophers of the Enlightenment, reason guides humanity towards "the destruction of inequality among nations, the progress of equality in the same people, and finally the real improvement of man", as announced Condorcet. This new era had not yet come, but Kant affirmed his conviction of living "in a century on the way to the Enlightenment".  Hegel saw in history the march of the Spirit towards absolute knowledge. Wars and tyranny were only wiles of reason to allow him to achieve its ends. This idea of ​​a dialectical progression of history has been taken up by Marxism. According to the theses of dialectical materialism, Matter replaced the Spirit, but history was guided, through the class struggle, towards its inevitable fulfillment, the classless society. Dialectical materialism, conceived as a scientific truth, was even part of the dogmas of Marxist ideology. The vagaries of history, however, have shaken such a concept, even if hope for a better world remains present. While the progress made by the Soviet Union might have led one to believe, in the aftermath of the Second World War, that inspired by dialectical materialism, it would overtake or even overtake the United States, the fall of the Soviet bloc and the passage to China's market economy sounded the death knell of this illusion. After the fall of the USSR, the American political scientist Francis Fukuyama thought he could announce the end of history, because only the liberal system remained in place. History, itself, disappeared in favor of the economy. Events in the world since the end of communism in the Soviet Union have not confirmed such a forecast. The story continues unabated, through multiple conflicts and upheavals, while the future remains more uncertain than ever. The notion of continuous progress is thus called into question.  As a result, the concept of progressivism long claimed by the left is now worn out. Yet progressivism retains a power of seduction, as shown in France by Emmanuel Macron's desire to qualify his project as "progressive", to suggest the idea of ​​transforming a country "on the move", despite of a program that seems far removed from historical progressivism. Such a conception is shared by many politicians, who want to show that, while adhering closely to the neoliberal globalization guidelines, they are followers of a social progress that would continue in parallel with the technical progress. This requires finding new causes that can play this role without hindering the power of the Market. In the face of rising inequalities, positions in favor of ecology, multiculturalism and ethnic or sexual minorities aim to attract the most educated sections of the population. Thus the Democratic Party in the United States or the Socialist Party in France were perfectly adapted to a neoliberal policy, while showing their interest in the ecology or defense of minorities, despite the inevitable contradictions between such choices, For the neoliberal power, ecology opens new economic opportunities, while ethnic or sexual minorities represent a clientele to conquer. Profit remains the dominant criterion. If a deregulated Market remains the sole arbitrator of decisions, social or environmental positions may remain at the communication stage, It would be futile to think that technical progress inevitably leads to social progress.

Le progrès technique et l’évolution des sociétés vers plus de démocratie et de reconnaissance des droits de la personne humaine ont pu faire croire qu’il existe un sens de l’histoire. Pendant longtemps on a pensé que les progrès de la civilisation allaient de pair avec un progrès moral. Les civilisations les plus anciennes concevaient le déroulement du temps sous une forme cyclique. La flèche du temps apparaît dans les religions monothéistes qui situent au jour dernier l’accomplissement du salut. Au moment de la Renaissance, l’espoir de pouvoir transformer le monde par l’usage de la raison semble ouvrir la voie d'un progrès sans limite. Pour les philosophes des Lumières, la raison guide l’humanité vers « la destruction de l’inégalité entre nations, les progrès de l’égalité dans un même peuple, enfin le perfectionnement réel de l’homme », comme l’annonçait CondorcetCette ère nouvelle n’était pas encore advenue, mais Kant affirmait sa conviction de vivre « dans un siècle en marche vers les Lumières». Hegel voyait dans l’histoire la marche de l’Esprit vers le Savoir absolu. Les guerres et la tyrannie n’étaient que des ruses de la raison pour lui permettre d’arriver à ses fins. Le mouvement de l’histoire allait conduire, à travers un processus dialectique, à l’avènement de l’Esprit, s’incarnant dans une nouvelle forme d’État. L’histoire avait un sens, dirigé vers. Cette idée d’une progression dialectique de l’histoire a été reprise par le marxisme. Suivant les thèses du matérialisme dialectique, la Matière remplaçait l’Esprit, mais l’histoire restait guidée, à travers la lutte des classes, vers son accomplissement inéluctable, la société sans classes. Le matérialisme dialectique, conçu comme une vérité scientifique, faisait même partie des dogmes de l’idéologie marxiste. Les aléas de l’histoire ont toutefois ébranlé un tel concept, même si l’espoir en un monde meilleur demeure présent. Alors que les progrès réalisés par l’Union soviétique avaient pu laisser croire, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, qu’inspirée par le matérialisme dialectique, elle allait rattraper ou même dépasser les États-Unis, la chute du bloc soviétique et le passage à l’économie de marché en Chine ont sonné le glas de cette illusion. Après la chute de l’URSS, le politologue américain Francis Fukuyama a cru pouvoir annoncer la fin de l’histoire, car seul le système libéral restait en place. L’histoire, elle-même, disparaissait au profit de l’économie. Le monde, libéré du pouvoir politique, allait pouvoir progresser vers toujours plus de complexité et de perfection par auto-organisation, en assurant le bonheur de l’humanité. Les événements intervenus dans le monde depuis la fin du communisme en Union soviétique n’ont pas confirmé une telle prévision. L’histoire se poursuit sans fin, à travers des conflits et des bouleversements multiples, tandis que l’avenir demeure plus incertain que jamais. 

dimanche 15 octobre 2017

La globalisation contre la démocratie? / Globalization againt democracy?

Globalization poses a potential threat to democracy because the system it puts in place weakens democratic states to the benefit of commercial companies, thus reversing the hierarchy of the public and the private sector . Globalization has amplified this inversion of powers, since multinational companies can deploy freely on the international level, contrary to the democratic institutions of the states. In a recent book, the Chinese academic Guogang Wu analyzes all the reasons that explain this growing divergence between globalization and democracy. Guogang Wu now teaches at the University of Victoria in Canada. His analysis has the advantage of taking into account both the Chinese and the Western perspectives. According to Guo Wang, the antagonism between democracy and globalization stems from the fact that democratic institutions have developed within the framework of nations and remain locked in this framework, while international companies are freely deployed on an international market governed by "the law of the jungle". This situation has led states to ally with international companies to project their power outside and strengthen their economic situation. Consequently, their institutions are less and less conceived in terms of social justice or general interest, but more and more in function of the multinational companies, with which the state forms an alliance, shaping a state-market nexus. In a representative democracy, if elected representatives are subject to the economic power of large financial institutions and international companies, democracy becomes purely formal because the choices made by political power no longer reflect the aspirations of citizens. The state is increasingly conceived as an enterprise, federating commercial firms. Its management mode is inspired by the mode of management of companies, following a "governance" that is in no way democratic. Citizens are no longer the instigators of the policy followed but mere executants. In such a context, the economy becomes the main criterion of success and the state which succeeds best is the one which gives priority to economic interests at the expense of social or environmental criteria. An authoritarian state is better placed to defend its interests when dealing with multinational companies than a democratic state. Private companies suceed better with an authoritarian state, able to eliminate most obstacles they can encounter. A country governed by a powerful but undemocratic central power like that of China seems able to succeed much better in economic terms than democratic countries. This may explain the success of China in the globalization process. The question of the future arises acutely. Should democracy be renounced in the name of efficiency? In such a case, the social tensions and conflicts between nations that would result could lead to the total destruction of any form of civilization. At the same time, it seems difficult to withdraw completely from the globalization process. The best option would probably be to adapt it to democracy in stages. A most dangerous move would be to rush torwards more deregulated globalization, as it might lead to an irremediable loss of democracy.

La globalisation représente une menace potentielle pour la démocratie, car le système qu’elle met en place affaiblit les États, dont les organes de décision sont issus du suffrage universel, au profit des sociétés commerciales, en inversant ainsi la hiérarchie du public et du privé. La globalisation a amplifié cette inversion des pouvoirs, car les multinationales peuvent se déployer librement à l’international contrairement aux institutions démocratiques des États.
Dans un ouvrage récent l'universitaire chinois Guogang Wu analyse toutes les raisons qui expliquent cette divergence croissante entre globalisation et démocratie. Guogang Wu enseigne à présent à l'Université de Victoria au Canada. Son analyse présente l'intérêt de tenir compte à la fois la perspective chinoise et la perspective occidentale.
Selon Guogang Wu, l'antagonisme entre la démocratie et la globalisation tient au fait que les institutions démocratiques se sont développées dans le cadre des nations et restent enfermées dans ce cadre, tandis que les compagnies internationales se déploient librement sur un Marché international, qui reste régi par "la loi de la jungle". Cette situation a conduit les Etats à faire alliance avec les sociétés internationales pour projeter leur puissance à l'extérieur et renforcer leur puissance économique. Dès lors, leurs institutions sont de moins en moins conçues en fonction de la justice sociale ou de l'intérêt général, mais de plus en plus en fonctions des multinationales dont les actions sont les plus conformes à leurs intérêts. Dans une démocratie représentative, si les représentants élus sont soumis au pouvoir économique des grandes institutions financières et des compagnies internationales, la démocratie devient purement formelle, car les choix effectués par le pouvoir politique ne reflètent plus les aspirations des citoyens.
Dans cette perspective, l'Etat est de plus en plus conçu comme une entreprise. Son mode de gestion est régi par une "gouvernance" qui n'a rien de démocratique, les citoyens n'étant plus les inspirateurs de la politique suivie, mais de simples exécutants. 
Dans un tel contexte, l'économie devient le critère principal de succès et l'Etat qui réussit le mieux est celui qui donne la priorité aux intérêts économiques aux dépens de tous les autres critères, sociaux ou environnementaux. Un Etat autoritaire est mieux placé pour défendre ses intérêts vis à vis des multinationales qu'un Etat démocratique. De même, les compagnies privées disposent de meilleurs atouts pour réussir, lorsqu'elles sont placées sous l'égide d'un Etat capable d'éliminer une grande partie des obstacles qu'elles rencontrent en termes de concurrence internationale, mais aussi dans le domaine social ou environnemental. Un pays régi par un pouvoir central puissant mais non démocratique comme celui de la Chine semble mieux à même de remplir de tels objectifs que les pays les plus démocratiques . Cette situation peut expliquer les succès emportés par la Chine dans le cadre de la globalisation.
La question de l'avenir se pose avec acuité. Faut-il renoncer à la démocratie au nom de l'efficacité? Ce serait extrêmement dangereux car les tensions sociales et les conflits entre nations qui en résulteraient pourraient conduire à la destruction totale de toute forme de civilisation. Il paraît en même temps difficilement concevable de tourner le dos à la globalisation. La meilleure option serait sans doute de l'aménager par étapes. Au contraire, la pire des solutions serait de se lancer dans une fuite en avant vers toujours plus de globalisation dérégulée, car ce serait courir le risque d'une perte irrémédiable de la démocratie.

dimanche 1 octobre 2017

Vers un monde pluriel? / Towards a plural world?


Whereas in the past, a civilization was related to a geographical area, globalization changed this situation by spreading in all countries the Western model. This model, which governs the techno-economic world, also imposes its standards in lifestyle and in the cultural field. Fast-food restaurants, chains of franchise stores, movies and television series are reproduced identically everywhere in the world.  Small agricultural producers and peasants, unable to compete with global companies have to leave their land and most often are driven towards giant slum cities.This unipolar world, flat and even, driven by the globalization process,  might be progressively replaced by a multipolar and plural world in which the specific characteristics of each region are recognized. In such a world, local products from small farms are protected and distributed through short supply circuits. Each region is encouraged to strengthen its autonomy, by diversifying its local production and by practicing self-sufficiency, energy or food. The implementation of short channels of distribution and development of direct trade between producers and consumers contributes to improving the economic resilience of the regions concerned. Harmonisation of levels of income and conditions of work everywhere in the world aims to reverse the race to the bottom imposed by the neoliberal globalization. Going towards ever more extensive and integrated systems no longer meets the aspirations of the peoples. Thus, in Europe in many countries and regions a search for an increased autonomy is observed. Scotland or Catalonia movements for independence illustrate this trend. Various sociologists and economists have suggested that a deglobalization process needs to take place. Thus, the Filipino sociologist Walden Bello suggested placing the internal market at the center of concerns and regionalizing most of international institutions. According to economist Jacques Sapir, an organized and orderly deglobalization process is becoming inevitable. Among the measures to limit the effects of globalization, is the introduction of local or complementary currencies. Local currencies used in a small area, in addition to the official currency, are designed to encourage short circuits and solidarity among the inhabitants. Many local currencies already exist. They attract increasing interest, particularly because of their role as vectors of the ecological transition. Digital currencies allow releasing constraints and manipulations that are submitted the official currencies.  Although they have not been designed for this purpose, digital or complementary currencies could eventually transform the global financial system, giving individuals the means to carry out transactions without going by the banking organizations. In a multipolar world, different political, economic and social systems can coexist according to the needs, traditions and the wishes of the inhabitants. Trade between the regions are operated through various organizations, which replace the single framework imposed by international organizations such as the WTO, IMF or the World Bank.
The main initiatives are placed back at the local level, although the need for action at the global level is recognized, in the face of global challenges, such as preventing global warming. Building a plural world helps to promote peace in the world and to develop innovative solutions for the future, through the diversity of human experience. For the development of a healthy society, plurality and diversity are as important as biodiversity in the case of the living world.

Alors que dans le passé, une civilisation était reliée à une zone géographique, la mondialisation a bouleversé cette situation en diffusant dans tous les pays le modèle occidental. Ce modèle, qui régit le monde technico-économique, impose également ses standards dans les modes de vie et dans le domaine culturel. Les fast-foods, les chaînes de magasins en franchise, les films et les séries télévisées sont reproduits à l’identique partout dans le monde. La globalisation tend ainsi à détruire les cultures et les modes de vie des différents peuples qui habitent la planète. Dans les pays en développement, elle pousse les petits paysans et exploitants agricoles vers des bidonvilles où ils sont exploités pour des revenus misérables.
Au monde unipolaire, plat et uniforme de la globalisation s'oppose le modèle d'un monde multipolaire et diversifié, dans lequel les spécificités de chaque région sont reconnues. Les produits locaux provenant de petites exploitations agricoles sont protégés et distribués par des circuits organisés à la même échelle. Chaque région est encouragée à renforcer son autonomie, en diversifiant sa production locale et en pratiquant l’autosuffisance, qu’elle soit énergétique ou alimentaire. La mise en œuvre de circuits courts de distribution et le développement d’échanges directs entre producteurs et consommateurs contribuent à améliorer la résilience économique des régions concernées. L’harmonisation des niveaux de revenus et des conditions de travail partout dans le monde vise à inverser le nivellement par le bas, qu’avait imposé la globalisation néolibérale. Aller vers des ensembles de plus en plus vastes et intégrés ne répond plus aux aspirations des peuples. On le constate notamment en Europe avec la poussée des mouvements autonomistes en Ecosse ou en Catalogne.
Différents sociologues et économistes ont suggéré de sortir de la globalisation, en raison des déséquilibres qui en résultent. Ainsi, le sociologue philippin Walden Bello a préconisé de placer le marché intérieur au centre des préoccupations et de régionaliser la plupart des institutions internationales. Selon l’économiste Jacques Sapir, une démondialisation organisée et ordonnée serait même inéluctable. Parmi les mesures destinées à limiter les effets de la mondialisation, figure l’introduction de monnaies locales ou complémentaires. Les monnaies locales utilisées dans un périmètre restreint, en complément de la monnaie officielle, ont pour but de favoriser les circuits courts et la solidarité entre les habitants. De nombreuses monnaies locales existent déjà en France et sur tous les continents. Elles attirent un intérêt croissant, notamment en raison de leur rôle comme vecteurs de la transition écologique.Les monnaies numériques permettent de se libérer des contraintes et des manipulations auxquelles sont soumises les monnaies officielles.  Bien qu’elles n’aient pas été conçues dans ce but, les monnaies complémentaires ou numériques pourraient à terme transformer radicalement le système financier mondial, en donnant aux particuliers les moyens de mener des transactions sans passer par les organismes bancaires. Dans un monde multipolaire, différents systèmes politiques, économiques et sociaux peuvent coexister selon les besoins, les traditions et les souhaits des habitants. Les échanges entre les régions sont opérés par l’intermédiaire d’organisations variées, qui remplacent le cadre unique imposé par des organisations internationales telles que l’OMC, le FMI ou la Banque Mondiale.
Les principales initiatives sont replacées au niveau local, même si la nécessité d’une action au niveau mondial est reconnue, face à des défis planétaires, comme la prévention du réchauffement climatique. Construire un monde pluriel, c'est favoriser la paix dans le monde. C'est aussi une façon de préparer l'avenir, à travers la diversité des expériences humaines. La pluralité du monde est aussi importante pour le développement des sociétés que la biodiversité dans le cas du monde vivant.

dimanche 17 septembre 2017

Utopies réelles / Real utopias




Utopias seemed to have disappeared from the political horizon. Socialist utopias which were flourishing during the 19th century have not materialized, at least in their initial design. They even contributed to the implementation of totalitarian regimes during the 20th century and were therefore disqualified. However, the neoliberal globalization that started during the early 1990s has led to the present flat world, devoid of any vision for the future. Therefore, the need of utopias arises again. These utopias have to be desirable, thus avoiding the pitfalls of the past,  and also achievable. The sociologist Erik Olin Wright describes as real utopias alternative political systems that might provide satisfactory solutions to current problems, "Real Utopias is thus a way of evaluating institutions that exist, our experience of future possibilities in our present activities , and proposals for new initiatives to realize emancipatory strategies". The different ways in which the State, social and economic powers can interact with each other have been analyzed by Eric Olin Wright, in order to identify the various possible alternatives to the current capitalist model. Depending on the type of power that dominates, social or economic, the state is either interventionist, democratic/social or liberal/neoliberal. Within a representative democracy, citizens (social power) elect representatives who are supposed to control the economic power. If the political power is weakened or becomes dependent on the economic power, they lose the power they were supposed to hold. Democracy becomes formal rather than real. The future is uncertain and many questions arise. What model of democracy should prevail in the future? How to preserve the environment? How to organize the society? Is direct or participatory democracy the right way to strengthen the control of citizens on the political power? How to ensure that the general interest prevails? Should we aim towards more globalization and a world government or rather towards more autonomy and local power? Is the utopia of a federation of independent communities likely to be implemented with the help of digital technologies? According to Eric Olin Wright it is only by restoring the social power that it becomes possible to transform the current system for the benefit of the many. The approach taken by the Dutch historian Rutger Bregman is almost opposite. The "Utopia for realists" he considers includes all the dreams presently popular. Tomorrow (by 2030), it will be possible to do away with poverty, establish a working week of 15 h, open the borders and ensure a basic income for all. This dream would become possible through the goodwill of all, despite all the economic and political obstacles, in a world dominated by a small minority holding most of the power. It is certainly possible to establish a basic income and in some countries it is not even an utopia, but to believe that we live in the "best of worlds" and that anything is possible is an illusion or even a deception.

Les utopies semblaient avoir disparu de l'horizon politique. Les grandes utopies socialistes du XIXe siècle ne se sont pas réalisées, du moins dans leur conception initiale. Elles ont même pu contribuer à la mise en place de régimes totalitaires au cours du XXe siècle. Toutefois, la globalisation néolibérale qui s'est mise en place depuis les années 1990 a conduit à un monde plat, dépourvu de vision d'avenir. Dès lors, le besoin d'utopie se fait sentir à nouveau. Encore faut-il que ces utopies soient souhaitables, en échappant aux errements du passé et qu'elles soient réalisables. Le sociologue américain Eric Olin Wright a qualifié d'utopies réelles les systèmes politiques alternatifs qui pourraient se mettre en place dans l'avenir, en apportant des solutions satisfaisantes aux problèmes actuels. "Les Utopies Réelles représentent un moyen d'évaluer les institutions qui existent, notre expérience des possibilités futures dans nos présentes activités et des propositions de nouvelles initiatives pour des stratégies émancipatrices". Les différentes façon dont le pouvoir de l'Etat, le pouvoir social et le pouvoir économique peuvent interagir entre eux ont été analysées par Erik Olin Wright, afin d’identifier les différentes alternatives possibles au modèle capitaliste actuel. Suivant le type de pouvoir qui domine, le régime politique est dirigiste, démocratique/social ou libéral/néolibéral. Dans le cas démocratie représentative classique, les citoyens (pouvoir social) exercent un rôle de contrôle très indirect. Ils élisent des représentants qui contrôlent le pouvoir politique, qui lui-même est censé contrôler le pouvoir économique. Selon l’analyse présentée par Erik Olin Wright, si le pouvoir politique est affaibli ou devient dépendant du pouvoir économique, les citoyens perdent le pouvoir qu’ils étaient censés détenir en élisant leurs représentants. La démocratie devient formelle plutôt que réelle. Dès lors, les questions qui se posent sont nombreuses: quel modèle de démocratie devrait prévaloir dans l'avenir? Comment préserver l'environnement? Comment organiser la société? La démocratie directe ou participative est-elle la bonne option pour renforcer la démocratie?. La question de la préservation des biens communs de l'humanité, au premier rang desquels l'environnement se pose également avec acuité. Comment faire prévaloir l'intérêt général? En matière d'organisation, faut-il aller vers toujours plus de globalisation et vers un gouvernement mondial ou plutôt vers une organisation à l'échelle locale? L’utopie d’une fédération de communes libres et autonome est-elle susceptible de se réaliser un jour?  .Erik Olin Wright analyse les conditions d'un retour du pouvoir social, qui seul pourrait transformer le fonctionnement du système actuel au profit du plus grand nombre et c'est ce qui rend son analyse particulièrement intéressante.
La démarche suivie par l'historien néerlandais Rutger Bregman se situe presque à l'opposé de celle de Erik Olin Wright. Pour définir des "utopies réalistes", Il s'empare de thèmes actuels pour affirmer que demain (en 2030), il sera possible d'en finir avec la pauvreté, d'instaurer une semaine de travail de 15 h, de supprimer les frontières  et d'assurer un revenu universel pour tous. Pour cela, il table sur la bonne volonté de tous (oui, c'est possible!), sans analyser les obstacles à la fois économiques et politiques, dans un monde dominé par une petite minorité de plus en plus riche qui détient l'essentiel du pouvoir. Certes, il est possible d'instaurer un revenu universel et dans certains pays dont la France avec le RSA ce n'est même plus une utopie, mais dans quelles conditions et avec quels résultats? Faire croire que nous vivons dans le "meilleur des mondes" et que tout est possible est au mieux une illusion, au pire une trahison.